Ministère de la Justice
TEXTES & RÉFORMES
 
 

17 septembre 2010

Convention SNCF : un nouvel accord régional sur les rails

La direction inter-régionale (DIR) Grand-Est et la DIR Centre ont signé, avec la direction régionale de la SNCF Bourgogne Franche-Comté, le 17 septembre à Dijon, une déclinaison régionale de l’accord national de partenariat du 21 février 2007 PJJ-SNCF visant à prévenir la délinquance des mineurs et à lutter contre la récidive.

© Emilie Nicolle-Menrath, DIRPJJ Grand Est
Charles JODER, directeur régional de la SNCF Bourgogne Franche-Comté, et Jacques BIEGEL, directeur inter-régional adjoint Centre.

S’il s’agit d’une première pour la DIR Centre, pour la DIR Grand-Est, en revanche, cet accord constitue un quatrième partenariat régional avec la SNCF, après l’Alsace, la Lorraine, et la Champagne-Ardenne. Fort de cette expérience, lors de la cérémonie de signature organisée par la direction régionale de la SNCF Bourgogne Franche-Comté dans le salon d’honneur de la gare de Dijon Ville, Jacques BIEGEL, DIRA Centre, a ainsi pu citer quelques concrétisations de ces déclinaisons régionales déjà existantes. « Le bilan, non exhaustif, fait par exemple état d’un stage de découverte du métier de maintenance en Moselle, de travaux d’entretiens de locaux dans le Bas-Rhin, de rénovation d’un tunnel d’accès piéton en Meurthe-et-Moselle, et d’une opération de subventionnement pour le Challenge Michelet dans la Marne ».Yves REYNAUD, directeur des politiques éducative et de l’audit de la DIR Grand-Est, en a d’ailleurs profité pour « remercier les agents de la SNCF qui acceptent ces jeunes, qui les accompagnent », et pour « souhaiter que ces actions se développent, se diversifient ».

 

Des TIG pour mieux s’insérer

Cette fois-ci, la convention signée s’appliquera aux départements de Côte d’Or, de Saône-et-Loire, et de Haute-Marne. Pour Charles JODER, directeur régional de la SNCF Bourgogne Franche-Comté, qui a rappelé les multiples aspects de l’engagement citoyen de l’entreprise publique, celle-ci remplit pleinement son objectif principal de lutte contre la récidive. Elle permet, « pour les individus concernés, de prendre conscience des conséquences de leurs actes, tant pour l’entreprise que pour le voyageur, et de connaître l’activité et le risque ferroviaires ». Grâce à ce nouveau partenariat, des jeunes seront accueillis au sein de la SNCF pour y réaliser des travaux d’intérêt général, y effectuer des mesures de réparation pénale, suivre des stages de formation civique, ou encore bénéficier de stages professionnels. En 2009, à titre d’exemple, 6 TIG représentant 315 heures ont été réalisés : peinture, nettoyage et entretien de bâtiments, aménagement paysager, désherbage et débroussaillage, autant de travaux qui selon M. BIEGEL « permettent aux jeunes de côtoyer le monde du travail avec ses règles et ses contraintes ». M. JODER a complété en soulignant que « le quatrième volet du partenariat contribue à l’insertion sociale et professionnelle de ces jeunes en facilitant leur parrainage par un cheminot bénévole actif ».

© Emilie Nicolle-Menrath, DIRPJJ Grand Est
De g à d, Jean-François DUMONT, responsable du Pôle institutionnel SNCF Bourgogne Franche-Comté, son directeur régional, Charles JODER, Yves RENAUD, DPEA du Grand Est, et Jacques BIEGEL, DIRA Centre.

Après avoir introduit son propos par l’idée que « la prise en charge et l’insertion des jeunes sous mandat judiciaire ne relève pas de la responsabilité exclusive de la PJJ, mais de celle de l’ensemble de la société civile », et après avoir expliqué en quelques mots en quoi consistaient les deux principales mesures judiciaires concernées par la convention, à savoir le TIG et la mesure de réparation, M. BIEGEL a également insisté sur les succès constatés dans la lutte contre la récidive. « La mesure de réparation, inscrite dans l’ordonnance du 2 février 1945 depuis 1993, fait preuve d’une réelle efficacité lorsqu’elle s’adresse à des primo délinquants, puisque 80 % d’entre eux ne récidivent pas après l'exécution de leur peine ou de leur mesure ».

Tous les acteurs de ce nouvel accord devraient donc avoir à cœur de le faire vivre dans les mois à venir, les nombreux représentants de la PJJ présents ce jour-là, comme « les agents de la SNCF, qui sont prêts à renouveler les actions de partenariats citées », selon M. JODER. Se réjouissant de cette forte volonté réciproque, M. BIEGEL a demandé à son homologue s’il était d’ores et déjà possible d’envisager des extensions géographiques à cette convention, et pourquoi pas d’élargir son champ d’intervention à des chantiers d’insertion, ou encore à la mesure d’activité de jour.

 
 
  
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |